Archives de catégorie : Presse

Article dans Le Parisien du 21 juillet 2008

Ces milliards qui dorment dans les caisses des sociétés HLM

Odile Plichon| lundi 21 juillet 2008 | Le Parisien

Alors que le pays manque cruellement de logements sociaux, la trésorerie des sociétés HLM laisse apparaître un bas de laine de 11 milliards d’euros. La ministre du Logement propose de taxer les bailleurs qui n’investissent pas assez. Continuer la lecture

Article dans Le Parisien du 07 juillet 2008

Petits cadeaux entre élus

Sébastien Ramnoux| lundi 07 juillet 2008 | Le Parisien

Certains élus perçoivent trop de revenus et doivent en reverser une partie. Comment se fait la répartition ? A droite ou à gauche, les règles du jeu différent. Continuer la lecture

Article dans Le Parisien du 20 juin 2008

400 logements au-dessus du centre commercial rénové

 

Louise Colcombet | vendredi 20 juin 2008 | Le Parisien

 

QUEL AVENIR pour le centre commercial des Franciades ? A partir d’aujourd’hui et jusqu’au 30 août, une exposition* apporte les premières réponses. Elle présente les grandes orientations du projet de requalification du centre commercial, après l’enquête menée auprès des riverains et des commerçants.

 

Si on est encore loin du projet final – l’aménageur et l’architecte n’étant pas encore choisis – on en sait déjà beaucoup sur l’aspect futur de la place de France.

 

D’abord, il y aura un changement radical au niveau du paysage : fini le centre commercial composé de petites cellules disparates, place à un schéma composé de deux grands triangles qui se font face, accessibles aux voitures, avec une surface commerciale en hausse d’un tiers environ. Et près de 400 logements seront construits au-dessus des commerces afin de rentabiliser l’opération, qui devrait coûter 70 millions d’euros, dont « 20 ou 30 à la charge de la ville », détaille le maire DVD, Vincent Delahaye. Engagement de campagne, la requalification des Franciades est pour le maire un objectif prioritaire. « C’est ambitieux, mais il ne faut pas faire dans la demi-mesure, Massy le mérite. L’objectif est de reconstruire un vrai coeur de ville dans ce quartier qui regroupe 15 000 habitants. »

 

Aussi la mairie a-t-elle prévu de faire venir aux Franciades le conservatoire et de construire un auditorium, afin de renforcer le pôle culturel formé par l’opéra et le cinéma.

 

Dernier changement majeur : trouver de nouvelles places de stationnement… tout en rendant la place de France totalement piétonne ! Mais d’ici là, le projet pourra encore être amendé, le premier coup de pioche n’étant pas prévu avant 2011.

 

* Exposition jusqu’au 30 août à la médiathèque Jean-Cocteau et à partir du 1 e r septembre à la direction de l’urbanisme en mairie. Un registre est à la disposition des habitants afin de recueillir leur avis. Tél. 01.60.13.30.00.

75 millions pour les partis politiques cette année

Samuel Laurent (lefigaro.fr) avec AFP
21/05/2008 | Mise à jour : 09:39

Pour 2008, l’enveloppe a augmenté de 2 millions d’euros. UMP et PS se taillent la part du lion.

Pour les partis politiques aussi, l’inflation existe. Avec 74,8 millions contre 73,2 en 2007, le financement de la vie politique française prend un peu plus de 2% de plus en un an, selon le décret paru au journal officiel mercredi.

Cette somme, qui doit permettre à une cinquantaine de partis et de groupement d’exercer leur activité, est évidemment très inégalement répartie. En tête, l’UMP, à qui la position de parti de la majorité à l’Assemblée procure 46% de la totalité du financement de la vie politique Française avec près de 34,5 millions d’euros. Suit le PS avec 24,5 millions, soit près de 33% du total.
Continuer la lecture

Article dans le Parisien du 17 mai 2008

Le sans-papiers héroïque restera en France

Agnès Vives | samedi 17 mai 2008 | Le Parisien

ANIS VA POUVOIR sortir de la clandestinité sans crainte. La préfecture de l’Essonne a annoncé hier qu’elle s’apprêtait « à réexaminer de façon favorable » son dossier de demande de régularisation. Ce lycéen tunisien de 21 ans de Massy avait reçu une obligation de quitter le territoire datée du 29 avril.

Pourtant, une semaine plus tôt, le garçon avait sauvé la vie d’une mamie de 96 ans à Villejuif (Val-de-Marne), dans l’immeuble de sa sœur. Un incendie s’était déclaré dans l’appartement de la vieille dame. Handicapée, elle ne pouvait plus sortir. Anis avait alors alerté le gardien et les secours. A quelques minutes près, la résidante aurait pu mourir. Emue, une voisine avait écrit à la préfecture pour plaider la cause du jeune sans-papiers, estimant qu’après un tel acte il méritait des papiers français. Mais peut-être faute de coordination entre les services, l’Etat avait signifié à Anis de retourner dans son pays.

« Dommage qu’il ait fallu utiliser la pression »

Du coup, « après avoir pris connaissance de la situation d’Anis, ressortissant tunisien qui est arrivé récemment sur le territoire national, et après vérification de la nature des faits », la préfecture a rectifié le tir. « C’est une bonne nouvelle, sourit Anis, encore sous le choc. Aujourd’hui, je pense à la vieille dame que j’ai sauvée. » Dès lundi, le lycéen a rendez-vous en préfecture. A RESF (Réseau éducation sans frontières) qui soutient le sans-papiers, c’est la satisfaction. « On attend d’avoir le papier de régularisation en main pour en être sûr, réagit Nadia N’Guyen, une militante de RESF. La préfecture a réagi rapidement à partir du moment où on a fait connaitre la situation. Dommage qu’il ait fallu utiliser la pression. »

L’avocat d’Anis a lancé hier un appel afin que le jeune héros reçoive le prix de l’intégration.

Article dans le Parisien du 29 avril 2008

La mairie accorde une tribune à une

liste perdante

Louise Colcombet | mardi 29 avril 2008 | Le Parisien

C’EST UNE PREMIERE, qui est loin de faire l’unanimité. Lors du dernier conseil municipal de Massy, la majorité a voté un amendement qui accorde une tribune dans le bulletin municipal à Massy plus juste, une liste qui, avec 9,1 % des voix, n’a pourtant pas obtenu d’élus.Dawari Horsfall, sa tête de liste, se félicite de cette décision, un peu inespérée, qui permet à son mouvement de continuer à exister.

 

« Je voulais faire en sorte qu’on ne nous oublie pas, nous représentons la troisième force politique de Massy, analyse Dawari Horsfall. J’ai demandé en me disant qu’on avait une chance sur mille pour que ça marche ! »

Et le maire (DVD), Vincent Delahaye, au grand dam de l’opposition socialiste, a accédé à cette demande… « Juste après les élections, nous avions demandé au maire deux pages au lieu d’une pour l’expression des groupes politiques, raconte Marie-Pierre Oprandi, qui a mené la liste de gauche. On nous les a refusées. Et là, deux jours avant le conseil, on nous annonce ça ! » Résultat : la place accordée à l’opposition, qui a voté contre l’amendement, passera de 1 200 signes à… 700 signes. Massy plus juste récupère ainsi 15 % de l’espace dédié à l’opposition. « Une stratégie qui consiste, contrairement à ce qui est affiché, à rogner le débat démocratique », conclut Marie-Pierre Oprandi.

« C’est un retour d’ascenseur », juge pour sa part Jérôme Guedj, autre élu socialiste, pour qui « la présence de la liste Massy plus juste a bien arrangé Vincent Delahaye ». C’est aussi une jolie peau de banane pour Oprandi qui aurait sans doute aimé oublier l’épisode Horsfall, un candidat qui a rogné son électorat populaire. Dans l’entre-deux-tours, les deux candidats n’avaient pu parvenir à un accord.

Et, tel un caillou dans la chaussure de la gauche, Dawari Horsfall annonce désormais vouloir présenter des candidats dans les deux cantons de Massy, actuellement tenus par… Jérôme Guedj et Marie-Pierre Oprandi. « Je n’avais pas d’arrière-pensée en accordant cette tribune, assure Vincent Delahaye, l’initiative n’est d’ailleurs pas venue de moi. »

Pour autant, certains se réjouissent du désordre que cet amendement provoque dans l’opposition. Ainsi Henry Quaghebeur, premier adjoint de Vincent Delahaye, de lancer, hilare, à Dawari Horsfall, en marge du conseil municipal : « J’en ai encore dans ma manche, la prochaine fois, tu auras 25 % ! »

Article dans le Parisien du 25 avril 2008

Vaste enquête de la Cour des comptes en vue

article_parisien_25042008.jpg

 

« La Cour des comptes, qui planche déjà sur la Foncière Logement et sur Alliance, deux collecteurs du 1% logement, relance cette nouvelle investigation, deux ans seulement après son précédent contrôle. Rarissime. » O.P.

Vendredi 25 avril 2008 | Le Parisien

 

———————————————————

Qui est l’association Foncière Logement ?

FONCIERE LOGEMENT se fixe pour objectif d’élaborer et de mettre en œuvre une

politique de diversification et de renouvellement de l’offre locative, avec la volonté affirmée de participer, à terme, au financement des retraites des salariés du secteur privé.

FONCIERE LOGEMENT acquière et fait gérer des logements dans des programmes neufs ou existants avec travaux, auprès d’opérateurs privés ou sociaux (SA, Office ou COOP d’HLM, SEM).

FONCIERE LOGEMENT demeure le seul investisseur et le seul propriétaire des biens immobiliers acquis.

Sa mission et ses objectifs (tels qu’elle les définis) :

Offrir aux salariés des entreprises du secteur privé des logements locatifs de qualité.
Mieux répondre aux besoins des salariés du secteur privé en matière de logement.
Contribuer à la mixité sociale par l’habitat, sur l’ensemble du territoire, dans les secteurs où l’offre est insuffisante ou mal répartie
Assurer la qualité de construction et de gestion d’un parc immobilier afin de lui garantir une valeur patrimoniale certaine
Le transfert, à terme, de ce patrimoine aux régimes de retraite complémentaire par répartition

Quel rapport avec la ville de Massy ?

La ville de Massy, dans le cadre du projet d’aménagement du nouveau quartier Atlantis, a approuvé une convention de partenariat avec cette association (Conseil Municipal du 17 avril 2008) pour la gestion de 200 logements sociaux sur les 600 à 700 logements prévus.
Sans douter de la bonne foi de l’équipe municipale qui a contracté avec un acteur reconnu du secteur, ni de l’opposition qui a approuvé cette délibération, il convient tout de même de porter une attention particulière sur les agissements de cette association, au cœur d’un scandale dont les principales victimes sont une fois encore les bénéficiaires de logements sociaux dont les dotations publiques sont détournées.

Ainsi, deux dirigeants de l’Union d’Economie Sociale pour le Logement (UESL, présidée depuis mars 2005 par Daniel Dewavrin, ancien président de l’UIMM mis en examen pour « abus de confiance »), ont reconnu toucher, en tant que responsables de la Foncière Logement, un salaire mensuel de 8 046 euros brut alors qu’en théorie les administrateurs sont bénévoles. (Source : Les Echos)