Categorie : Pouvoir d’achat

Collèges : les tarifs de cantine augmenteront en 2009

Sandrine Binet (avec Nicolas Jacquard) | Le Parisien | 20.10.2008

C’EST un sujet sensible. Surtout en pleine crise économique, alors que les familles s’inquiètent pour leur pouvoir d’achat. Aujourd’hui, en assemblée départementale, les conseillers généraux vont décider d’augmenter les tarifs des cantines des collèges essonniens en 2009. Un bond de 5,15 % en moyenne, mais qui touchera les établissements de manière très disparate.

Car le conseil général a un objectif : harmoniser les tarifs dans les 100 collèges du département. Aujourd’hui, les prix des repas varient de près de 1,40 €. La cantine la moins chère, au collège Jean-Zay de Morsang-sur-Orge, facture 2,14 € le repas. La plus chère, au collège Pierre-de-Ronsard de Paray-Vieille-Poste, demande 3,50 € par menu. Tout ça pour un tarif moyen de 2,62 €. Pour Michel Berson, le président PS du conseil général, cette « inégalité de traitement » est « injuste ». Du coup, il a décidé que tous les collèges proposeraient un repas à… 3 €. Résultat, il va falloir augmenter les prix dans 94 établissements.

Objectif : harmoniser les prix

Dans 24 d’entre eux, la revalorisation sera modérée moins de 4 %. En revanche, pour 37 collèges, la note s’alourdira nettement, avec 6 à 10 % de hausse. Et pour cinq malchanceux, la facture sera carrément salée : 10 à 12,73 % de bonus. Pis, de nouvelles hausses sont déjà prévues pour les deux prochaines années, histoire de permettre à toutes les cantines d’atteindre les fameux 3 € en 2011. Le collège Paul-Eluard, à Sainte-Geneviève-des-Bois, verra ainsi ses tarifs grimper de 10,2 % en 2009, encore 10 % en 2010 et 9,9 % en 2011 !

Une flambée des prix qui fait bondir l’opposition, qui dénonce une « uniformisation par le haut ». « Harmoniser, je veux bien, mais il faudrait diminuer les prix qui peuvent l’être, et augmenter ceux qui doivent l’être ! plaide Jean-Pierre Delaunay, patron du groupe UMP au conseil général. Cela devrait se faire sur cinq ans et se limiter à + 3 % par an. » Et Christian Schoettl, responsable des non-inscrits de droite, d’enfoncer le clou : « La gauche a un double discours : elle hurle après la situation économique des ménages et augmente les impôts et les tarifs des cantines. En clair, ils ont une main dans le portefeuille et un kleenex dans l’autre. »

Des attaques dont se défend Michel Berson, qui souligne que les familles les plus aisées payeront, au pire, 90 centimes de plus par repas. « En Essonne, la moitié des collégiens bénéficient d’aides à la restauration scolaire, qui ramènent le prix du repas à 1 ou 2 €. Pour les enfants d’érémistes, c’est même gratuit. Il n’y aura pas d’incidence sur le pouvoir d’achat », promet l’élu PS. Des arguments qui ne semblent pas convaincre l’opposition, qui a décidé de batailler sur le sujet lors de la séance publique.

Massy : achetez un ordinateur recyclé

Louise Colcombet | 26.09.2008 | Le Parisien

ordinateur.jpgPOUVOIR d’achat en berne… et alors ? Aujourd’hui et demain, la ville de Massy organise une foire aux ordinateurs où vous pouvez acquérir un équipement complet à partir de 100 €.

Hausse du pétrole : quels impacts pour le consommateur ?

carburant1.jpgTout le monde parle inévitablement du prix du gazole à la pompe qui, dans le sillage de la hausse du baril de pétrole, a connu une inflation spectaculaire ces dernières années (le prix du gazole a plus que doublé depuis 2002), au point de devenir plus cher que l’essence. Les automobilistes se souviendront certainement de l’époque où il était très avantageux de posséder un véhicule diesel. Ce qui est moins vrai aujourd’hui. Alors, qu’en est-il de cette hausse exponentielle ?

Massy, « la meilleure alternative aux Hauts-de-Seine »

image.gif

samedi 26 avril 2008 | Le Parisien

+ 6,1 % EN UN AN

Plus que son cadre de vie, ce sont ces moyens de communication, notamment les RER B et C, qui en font une ville attractive. « Massy est la meilleure alternative aux Hauts-de-Seine », témoigne un agent immobilier de la ville. « Au départ je ne voulais pas venir sur Massy, confirme Anne, 34 ans, qui a quitté Antony (Hauts-de-Seine). Nous sommes arrivés avec le 1 % logement, et quand nous avons voulu acheter, nous avons voulu rester ici. On s’y plaît bien, c’est une ville agréable. » Pour Anne, la hausse des prix est réelle. « D’après les ventes effectuées dans la résidence, nous estimons que notre F4 a pris 25 % de sa valeur en quatre ans. » Certains agents immobiliers estiment cependant qu’avec les projets de construction sur la ville, le boom des prix devrait « se tasser ». En attendant, la hausse amène certains habitants plus modestes à acquérir dans les villes voisines. Signe qui ne trompe pas, dans les vitrines des agences, les annonces à Chilly-Mazarin, Longjumeau et même Champlan sont légion.

Racket dans la grande distribution « à la française »

Producteurs étranglés, consommateurs abusés

Fin novembre, les agriculteurs français ont bloqué les centrales d’achat des super et hypermarchés, pour dénoncer la mise en coupe réglée dont ils sont l’objet. Ce racket, dont sont issues les colossales fortunes des patrons des grandes enseignes, devient tellement insupportable que le secrétaire d’Etat au commerce a finalement promis d’en limiter quelques abus. Mais trop d’élus locaux ont perçu des « péages » en échange de l’implantation d’une grande surface pour élever la voix.

Par Christian Jacquiau Suite de l’article…

Débat français à propos du pouvoir d’achat

Partage des richesses, la question taboue

Afin de « défendre le pouvoir d’achat », le gouvernement français envisage une série de mesures – monétisation des congés non pris, travail le dimanche, implantation plus facile des hypermarchés. Une donnée du problème est presque toujours occultée : en vingt ans, la part des salaires dans le produit intérieur brut français a baissé de 9,3 %, ce qui correspond à plus de 100 milliards d’euros en partie transférés vers le capital. Cet élément central du débat en est devenu le point aveugle.

Par François Ruffin Suite de l’article…

La fiscalité à Massy

La situation financière

La ville de Massy, 40 900 habitants, bénéficie indéniablement de ressources financières importantes. Elle a disposé en 2007 (dans le budget) de 77 millions € de produits de fonctionnement pour 71 millions € de charges.

Massy Euro Fiscal