Rencontre avec Nicolas SARKOZY

Bonjour à toutes et à tous

Afin de me présenter à celles et ceux qui ne me connaissent pas encore, je compte vous mettre en ligne des éléments de mon parcours, qui m’a amené à participer à diverses initiatives. Notamment cette rencontre dans les locaux du journal « Le Parisien » le 20 octobre 2006 entre plusieurs acteurs de terrain reconnus pour leur travail et le Ministre de l’Intérieur de l’époque, l’actuel Président de la République française Nicolas SARKOZY. Cette rencontre était destinée à engager une discussion entre les pouvoirs publics et les jeunes, suite aux évènements survenus dans les banlieues françaises en octobre 2005.

En voici une extraction des échanges que nous avons eus.
(source : http://www.sarkozyblog.com)

Dawari HORSFALL. Les opérations de rénovation des immeubles permettent-elles réellement de faire diminuer la délinquance ?

Je vais vous citer un exemple : la délinquance dans les Hauts-de-Seine entre 1998 et 2002 avait augmenté de 18,49%. Depuis 2002, elle a baissé de 9,11%. Je ne sais pas si j’ai bien fait mais en 2002, on a eu Jean-Marie Le Pen au deuxième tour de la présidentielle. Pour la première fois dans l’histoire de la République française, on a dépassé cette année-là les 4 millions de crimes et délits. Les gens n’en peuvent plus. Prenez les transports en commun : entre 2000 et 2002 dans le métro et le RER en région parisienne, la délinquance avait augmenté de 30%. Je mets en place une police régionale des transports : la délinquance diminue de 8%. Cela ne veut pas dire que la violence endémique de notre société a été extirpée. Cela ne veut pas dire que, dans tous les quartiers, ça va mieux, mais on a avancé.

Dawari HORSFALL. Et vous voulez aller jusqu’où ?

Qu’est-ce qui a fait des ravages à Antony, à Massy comme presque partout ailleurs? Le sentiment d’impunité d’un certain nombre d’individus qui se croient tout permis. Je propose donc deux choses. Je pense à un cas qui s’est produit au tribunal de Bobigny. Un individu avait à son actif 50 vols à la portière. On le met sous contrôle judiciaire, pas en prison. Il sort du tribunal, il fait le 51ème vol. A un certain niveau de récidive – cinq ou dix condamnations, par exemple – on ne doit plus condamner au titre de la dernière infraction commise mais en tenant compte de l’accumulation des délits. Pour que, enfin, ça s’arrête. Ma deuxième proposition concerne la création de peines plancher. A quoi ça sert de voter des lois plus sévères si tel ou tel magistrat ne les applique pas? Je propose qu’un multirécidiviste soit certain de la peine minimale qu’il va encourir. Dernier point, le plus important, les mineurs. Je propose qu’un mineur récidiviste âgé de 16 à 18 ans soit considéré comme majeur. Dans certains quartiers, les mineurs sont utilisés par les majeurs parce que ceux qu’on appelle les “grands frères” – tu parles, il faudrait plutôt parler de «caïds» – les mettent en avant : ils savent que, dans le système actuel conformément à l’ordonnance de 1945, c’est pour eux le régime de l’impunité.

Dawari Horsfall. Allez-vous faire évoluer la loi qui permet à certains maires, au prix d’une amende, de ne pas construire un minimum de logements sociaux ?

A l’impossible nul n’est tenu! Comment imposer 20% de logements sociaux au maire d’une commune dont la plupart des terrains sont déjà bâtis? Il faudrait exproprier des immeubles, puis les démolir? Ce qu’il faut, c’est dire aux communes: maintenant, si vous voulez construire, vous devez prévoir tant de logements sociaux, et peut-être 40% et pas seulement 20%.

Le dialogue continue de manière plus informelle. Mais l’heure presse. Je le taquine sur son « ami Bush ». Réplique de M. Sarkozy : « Ce n’est pas à Washington, mais à Moscou qu’on assassine une journaliste…»

7 réflexions sur « Rencontre avec Nicolas SARKOZY »

  1. JR

    Bonjour,
    j’ai bien lu ton tract, par contre j’ai du mal à te situer politiquement.
    Es-tu de droite, de gauche, d’extrême gauche ? Dis nous en plus.

    JR

    Répondre
  2. Ahmed

    Bonsoir, Avant tout bonne et heureuse année à toi et à toute ton équipe ainsi qu’à tous ceux qui liront ce petit message.

    J’ai une petite question.

    Penses tu qu’à Massy il est possible d’éradiquer le chômage?

    Répondre
  3. admin

    Bonsoir
    Merci pour tes encouragements et bonne année à toi aussi, ainsi qu’à tous tes proches.
    Concernant la question du l’éradication du chômage à Massy, je pense que nous pouvons à défaut le réduire significativement.

    Les propositions que je ferai en ce sens se trouveront dans mon programme électoral, en cours de réalisation. Je t’invite donc à patienter encore quelques semaines.
    Restant ouvert à toute proposition, tu peux encore te joindre à nous pour réfléchir à des solutions.

    Cordialement
    Dawari

    Répondre
  4. abichou

    Bonjour Dawari,

    Que compte tu mettre en avant pour attirer des entreprises créatrices d’emploi( pas seulement des emplois non qualifiés )et des investisseurs sur Massy?

    Et, le cas échéant qu’est ce qui nous permettra d’être sûrs que ces entreprises feront travailler des habitants de la commune.

    Répondre
  5. admin

    Bonjour
    Je pense que nous vivons dans une ville attirante pour les entreprises. Massy est tout de même le premier pôle économique de l’Essonne et fait partie de l’axe d’Opération d’Intérêt National de Massy-Saclay-Versailles-Saint Quentin en Yvelines. La ville dispose d’atouts très attrayants comme la gare TGV, la desserte routière, l’aéroport d’Orly. C’est un pôle de compétitivité dont le rayonnement dépasse les frontières nationales.
    Ces dernières années, beaucoup de grandes entreprises sont venues s’installer dans notre ville. Nous avons pu voir la zone industrielle évoluer et de grands sièges sociaux pousser.
    Toi, Massicois, ou moi nous félicitons de ces arrivées et pourtant… Combien d’emplois créés ? Connais-tu dans ton entourage des proches qui ont pu en bénéficer ? Ce qui est paradoxal, c’est qu’une ville comme Massy, pleine de richesses et de dynamisme économique, a des résultats très médiocres sur le plan de l’insertion professionnelle de ses habitants, notamment les jeunes. Le taux de chômage à Massy reste malgré tout élevé.
    Les grandes entreprises qui installent leur siège social à Massy concourrent certainement au prestige de la ville, mais ne doit-on pas attendre d’elles qu’elles créent des emplois pour les Massicois ? Car il n’y a pas de création d’emplois, juste un transfert d’un site à un autre. Nous avons longuement évoqué ce sujet dans nos ateliers. Nos conclusions sortiront prochainement, dans le programme électoral que nous présenterons.

    Si tu as des idées, n’hésite pas à prendre contact avec moi : vosidees@massyplusjuste.fr

    Répondre
  6. m.

    bonjour
    je suis d origine comorienne et je viens d emmenager a square de frejus que je juge degrade par l insalubrite et le trafic en tout genre
    beaucoup d habitants comme moi pensons qu il est temps d intervenir et nous voyons en vous dawari l espoir du changement

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *